Gardez votre morale à 2 sous, il n’y a pas de problème avec la normalité, elle se comporte normalement.

Depuis quelques temps, je vois de plus en plus de gens se pavaner du fait que la normalité n’existe pas, pourtant, c’est tout le contraire. Quand j’ai vu ça, il y a quelques temps, sur Twitter, je ne peux que rire ou être attristé -dépendamment du sujet- du manque de compréhension d’énormément de gens à l’égard du mot normal et toutes ses déclinaisons.

Pour commencer, je ne parlerai ici que des gens pour qui leur monde n’est que réseaux sociaux, pour qui tout est à détruire et à reconstruire. La grande majorité des personnes qui sont à l’extérieur de cette sphère, ne semblent pas avoir un gros problème avec ce genre de peccadilles, car il ne faut pas se le cacher, c’en est. Ici réside le premier point de mon argument, toutes ces personnes sont comme bloqué dans ce monde dans lequel ils ne se nourrissent que de trucs ayant rapport avec ce qu’ils aiment et bloquent tout le reste. Leur vision du monde est tâchée à jamais et cela semble faire en sorte qu’ils oublient que ces gens ne sont qu’une minorité d’une minorité. Oui ! À célébrer toutes les diversités imaginables, on en vient à oublier que tous ces figurants que l’on voit, dans le métro, les rues, les trottoirs, bref, peut importe, ont aussi une vie et qu’elle est chiante. En effet ! Je ne peux m’empêcher de rire en écrivant ces lignes… mais pourtant…

 

La majorité des gens sont ce qu’on appelle «normaux» -je le met entre parenthèse ici pour des raisons qui seront évidentes plus tard-, ils sont cisgenre, hétéro et désirent vivre une vie qui est en concordance avec le fait qu’il faille procréer pour la postérité de l’espèce -l’Homme, pas juste une «race» -j’abhorre cette appellation–, ce qui est tout à fait naturel du point de vue biologique -ça aussi je pourrais en parler beaucoup, car dire que ce n’est pas notre but ultime revient à dire que nous ne somment rien et que la vie ne vaut rien, à quoi bon vivre dans ce cas ?- et est ancré dans notre cerveau par, entre autre, les désires sexuels que nous éprouvons tous -quel grand dam qu’est cette chose-. Pour en revenir où j’étais, ces personnes développent un biais à l’égard de tout ce qui est considéré comme «normal», car la diversité est trop importante à leurs yeux pour oser croire que la majorité des gens ne sont pas comme eux, soit «normaux».

 

Ensuite, le mot normal a énormément de définitions et les gens de nos jours ne voient que très peu la profondeur des choses -la surface est si simple à atteindre quand on est dessus n’est-ce pas ?-, si bien qu’au lieu de voir un cube, ils y voient un point fixe qui devient un ennemi à abattre, sus à la normalité dis-je-t-ils ! Donc pour remettre un peu les pendules à l’heure, je vais utiliser notre bon ami le Wikitionnaire et je vais passer à comment je perçois ce mot et je crois que la majorité saura être d’accord avec moi. Passons à la partie chiante, les définitions ❤

Qui est conforme à la règle, à l’ordre.

Cette première définitions est probablement la seul que ces gens connaissent, comme si ce mot ne pouvait être que le résultat d’un État fasciste dans lequel si tu ne fait pas comme tout le monde, tu seras fusillé sur la place publique pour haute trahison. Je n’ai pas grand choses à rajouter, prochaine définition.

Par extension) Ordinaire, régulier.

Ah bah voilà, ce ne fut pas long, à la seconde on trouve le gros de la viande et la définition qu’utilisent la majorité des gens quand ils usent du mot normal. Quand une personne vous dit qu’il est normal d’aimer le sexe opposé -j’en parle ici car c’est à ce propos que j’ai vu la majorité des critiques-, ils ne vous parlent pas qu’on y est obligé -dans les faits nous ne sommes obligés à rien, mais passons- mais que la majorité le fait. Alors oui, il y a des gens extrêmes pour qui cela mériterais châtiment -je ne vais nommer rien ni personne ici, trop compliqué à gérer-, mais la majorité des gens s’en branlent ou ont compris qu’il y a des gens hors de ce qu’on appel la normalité -anormal, ça aussi je vais y revenir-.

Qui se déroule de la manière attendue, qui est dans un état habituel.

Celui-là est subjectif pour son dernier point. Chaque personne a sa propre vision de ce qui est habituel et malheureusement, certains se base sur cela pour leur jugement. Cette définition de normal peut, elle aussi, porter préjudice à des gens, mais la seul bonne façon est d’éduquer les gens pour que leur vision de la normalité soit mise à jour, car elle n’est pas fixe -un de mes futurs points-.

Donc voilà, c’était la partie définitions. Je vais maintenant passer à comment je vois ce mot, car si on veut en discuter, faut comprendre comment une personne voit la chose -ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, tout le monde s’entre-mangent pour tout et rien, c’est pathétique-.

 

Comment le Loup voit-il le mot normal ? C’est ce que je vais expliquer. La normalité n’est pas quelque chose de fixe, elle va changer à travers les âges et les cultures. Aussi, il n’y a pas qu’une seul normalité. Ce qui est commun dans une petite banlieue n’est pas du tout la même chose que la normalité dans un quartier malfamé d’une grande ville. Être anormal n’est pas un problème, les gens voient ce mot comme si c’était la fin du monde, alors qu’en fait il est normal que des gens soient anormaux, ainsi est fait l’humain. Voyez-vous où je veux en venir ? Faire ce que fait la majorité est normal et que des gens ne fassent pas comme la majorité est normal aussi, sinon l’être humain ne serait pas l’être humain, aussi simple.

 

Je crois que je vais finir sur ça, la normalité n’est pas à être utiliser comme une arme pour ce justifier des comportements incivils et ceux qui le font sont déplorable, mais tout autant déplorable sont les gens qui nient ce mot pour essayer de contrer une minorité bruyante qui veut enfoncer une autre minorité bruyante. L’échelle de tout ceci est tellement petite que cet article lui accorde trop d’importance, mais voilà, je tenais à redonner son blason à ce mot qui est de plus en plus utilisé comme un extrême par de plus en plus de gens d’extrême avant qu’on l’associe comme un terme péjoratif, pourquoi ne pas l’enlever au mot anormal plutôt ?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :